Catégories
Classé

Réinitialiser les dents prothétiques – Infos Dentiste

Aujourd’hui, j’ai fait le pire essai de prothèse que j’aie jamais eu. La situation était la construction d’une prothèse complète sur partielle. Le patient a une prothèse complète actuelle dont il n’aime pas l’esthétique de sentir que les dents ne sont pas assez visibles. C’est une personne qui a un peu dépassé la crise de la quarantaine et passe ses journées à courir après des femmes de la moitié de son âge. Mais pour être juste, l’affichage incisif était inadéquat et à moins qu’il n’ait un très large sourire, il avait l’air édenté et sans support au niveau des lèvres. Naturellement, j’ai pris mon enregistrement de la mâchoire dans l’intention d’augmenter l’affichage incisif et j’ai commandé le réglage des dents A1.

Je ne sais pas comment c’était si mal, mais la ligne médiane était décalée d’environ 5 mm et le bord incisif était abaissé d’environ 5 mm. Je n’ai jamais vu un spectacle plus horrible. À mon grand désarroi, les jantes en cire que j’avais envoyées étaient toujours dans la boîte de laboratoire, ce qui signifie que le technicien les aurait utilisées pour monter le boîtier, puis installer les dents sans. Ils peuvent faire un index sur le moulage inférieur pour enregistrer la position souhaitée des bords incisifs et définir les dents supérieures sans le bord, mais je pense qu’ils l’ont juste regardé et ont juste fait correspondre le bord incisif supérieur avec les dents naturelles inférieures. Je soupçonne cela aussi parce qu’il n’y avait aucune marque sur le plâtre pour noter la ligne médiane. C’est ainsi que j’ai expliqué le décalage de la ligne médiane, mais à leur crédit, l’occlusion était reproductible sur place, ce qui signifie qu’à tout le moins, ils ont utilisé l’enregistrement d’occlusion que j’avais donné pour monter le boîtier et n’avaient pas changé la position de la broche sur l’articulateur, sinon le la morsure serait éteinte. Cela signifie que c’était ma faute si les dents étaient si horriblement longues.

Lorsque l’esthétique de l’étui n’est plus là, je remédie à la situation en réinitialisant les 6 dents antérieures, en faisant tomber les dents postérieures, en refaisant le rebord sur le postérieur et en reprenant la morsure. Habituellement, avec des corrections mineures, je peux le regarder, par exemple déplacer les incisives de 1 mm vers le haut ou labiale, mais avec un écart si important, j’ai trouvé utile d’utiliser un crayon pour marquer le nouveau bord incisif et la ligne médiane souhaités. C’est le point de départ de toute rééducation esthétique. J’ai marqué ces lignes et remis la prothèse pour voir si cela fonctionnait avec la position de ses lèvres et son sourire. Une fois cela confirmé, j’ai marqué la position de la ligne médiane sur la zone coulée avec un crayon et sur la cire gingivale avec un lecron. J’ai fait tomber la dent qui traversait la ligne médiane et je l’ai placée dans la bonne position selon la ligne au crayon à travers les dents marquant le bord incisif et la ligne verticale indiquant la ligne médiane. J’ai réessayé cela comme preuve de concept et en voyant qu’il était dans une bonne position, j’ai fait tomber le latéral, la canine et la prémolaire du même côté et les ai mis en fonction de la courbure de l’arcade. J’ai ensuite essayé ceci en vérifiant que le plan incisif était correct, puis j’ai fait de même de l’autre côté. Une fois que le patient et moi étions satisfaits de l’esthétique, j’ai fait tomber les dents postérieures et repris la morsure. Pour refaire le rebord, j’ai utilisé un couteau à cire chauffé pour aplatir les « papilles », puis j’ai chauffé et roulé une feuille de cire, coupé 2 rouleaux en les plaçant sur les zones postérieures puis les a scellés au rebord avec un couteau à cire chauffé. J’ai ensuite repris la morsure à la dimension verticale fermée.

En raison du temps limité du cas, je me suis rendu au laboratoire et j’ai posé le reste des dents postérieures. J’ai remarqué que le laboratoire n’avait pas non plus placé les dents postérieures inférieures sur la crête (une erreur courante). Celles-ci étaient placées vestibulairement par rapport à la crête, ce qui signifiait que si les molaires supérieures étaient réglées sur la supraclusion et le surplomb normal, elles seraient encore plus buccales par rapport à la crête, ce qui aurait tendance à faire basculer la prothèse. Ce que je vois le plus souvent comme une solution et ce qui m’ennuie énormément, c’est qu’ils contournent cela en plaçant les dents supérieures en occlusion croisée palatine. Dans ce cas, la petite erreur consistant à trop tailler le plâtre et à supprimer complètement la zone inférieure des terres signifiait qu’ils ne pouvaient pas marquer la ligne pour indiquer la position de la crête, ce qui signifiait qu’ils plaçaient les dents buccales à la crête et que les dents supérieures étaient mis en morsure croisée. Cette série d’erreurs cumulées sert à souligner à quel point chaque étape de la série prothétique est importante et combien peu d’erreurs, de raccourcis ou d’erreurs entraîneront un résultat de qualité inférieure dans le produit final. J’ai fini par régler les dents postérieures inférieures lingualement et j’ai ainsi pu régler les dents postérieures supérieures dans une bonne relation. J’ai visé une occlusion lingualée, mais j’ai découvert que les dents conçues de manière appropriée devaient être utilisées car si les dents supérieures étaient inclinées vers la face vestibulaire pour permettre à la pointe de la cuspide palatine de pendre, la surface buccale apparaîtra trop évasée avec les dents anatomiques. De plus, avec les dents inférieures anatomiques, vous devez être très précis quant à l’endroit où se trouve le contact de la cuspide supérieure car il y a tellement de plans inclinés non seulement dans l’aspect bucco-lingual mais aussi dans l’aspect mésio-distal. L’utilisation de dents non anatomiques ou semi-anatomiques permet de placer les cuspides palatines supérieures contre les dents inférieures dans n’importe quelle position dans une direction mésio-distale tant qu’elle est placée le long de la fissure centrale. J’ai également découvert qu’il est plus difficile de manipuler la cire et de mettre les dents que je ne le pensais. Il est difficile de voir les détails les plus fins de l’occlusion et de la pose des dents, surtout lorsque vous avez presque terminé et qu’il y a tous les contacts dentaires à considérer en même temps. La meilleure façon de gérer cela est de s’assurer que l’occlusion est correcte après la pose de chaque dent, c’est-à-dire le contact sur la fissure centrale inférieure, la dent dans la bonne orientation esthétique et la broche toujours en contact. Si c’est le cas, passez à la dent suivante. Une fois toutes les dents fixées, j’ai mis de la cire sur la face palatine pour coller les dents encore, j’ai utilisé un lecron chauffé pour faire fondre la cire buccale, éliminer les bulles et fournir plus de soutien aux dents sur la face buccale. Quand cela a refroidi, je suis allé faire fondre la cire sur le palais pour éliminer les bulles. J’ai sculpté les marges gingivales et utilisé un chalumeau pour lisser la cire.

J’attendrai le prochain rendez-vous du patient pour voir comment mon installation se passe. Je pourrais trouver qu’il est plus difficile d’obtenir un bon résultat que je pense.

vous recherchez un emploi de dentiste pour quitter votre cabinet dentaire privé ? Chers praticiens, peu importe la ville où vous souhaitez ou encore les soins que vous voulez prodiguer ( orthodontie, implantologie, chirurgie dentaire ), le bon développement de votre projet professionnel sera assuré par notre équipe. Fraîchement diplômé ou dentiste expérimenté, faites vous accompagner par nos experts pour votre recherche d’opportunités sur tout le territoire français. Pyrénées-Orientales ou bassin parisien, la rapidité, l’efficacité et le professionnalisme de nos experts vous permettra d’appréhender avec tranquilité votre recherche d’emploi. faites de celle ci un vrai succès grâce à notre spécialité !

7/ Planning rempli garanti : En tant que praticien indépendant, le remplissage du carnet de rendez-vous est parfois aléatoire, et dépend des besoins des patients. Certaines situations sont difficiles à vivre, car elles impactent financièrement le praticien, son cabinet et ses salariés, si tel est le cas. La gestion administrative peut être pesante et compliquée. Cette partie du travail d’indépendant prend du temps ; temps qui ne peut pas être consacré aux personnes. pour s’épargner ce stress, les chirurgiens dentistes ont la possibilité d’intégrer un millieu dentaire ou une maison de soins. Le planning est toujours plein, dans le respect de vos contraintes et des horaires de travail prévus dans le contrat de travail. Vous pouvez suivre les personnes sur plusieurs sessions, et faire vivre ( avec le respect du secret médical ) avec vos collègues ce qui peut être important à savoir comme la gestion du stress du patient, ses désirs, ou tout autre élément. L’assistante ou la secrétaire médicale est généralement en charge de la gestion du planning du praticien et se charge de prévenir les personnes de changements éventuels. Elle remplit les dossiers, et vous déleste de cette charge.

Comparatif Salaires Libérale/SalariatDans le cas de l’exercice de l’activité de chirurgien dentiste dans indépendant, le salaire dépend de son métier et son attractivité en termes de patientèle. Le salaire dentiste en tant que profession libérale peut changer selon les régions d’exercices, mais d’après des études, on sait que le salaire moyen mensuel d’un dentiste est d’environ 11 000 € bruts ( soit environ 7700 euros nets* ). Le niveau de rémunération en centre dentaire est différent de celui en cabinet dentaire, mais la fonction reste la même. Un praticien exerçant en millieu dentaire gagne de 2800 € à 3500 euros selon son niveau d’expérience et la complexité des prestations réalisées. Les chirurgiens dentistes sont donc sous contrat salarié par le centre. Dans les centres mutualistes s’applique un contrat de travail employé par la totalité des structures mutualistes ( CDD ou CDI ). Dans la très grande majorité des cas, il s’agit d’un CDD ( pour des remplacements ), mais il est de plus possible de signer un CDI. La rémunération est particulière puisqu’un certain pourcentage du revenu est indexé sur la participation effectuée, laquelle est exprimée en nombre d’actes. Lors d’une enquête effectuée en 2011 par la Mutualité française, le revenu mensuel moyen d’un chirurgien dentiste omnipraticien s’élevait à 6 900 € bruts ( en équivalent temps plein ), mais attention, on note des écarts importants selon les centres. Pour les orthodontistes, le salaire moyen était de 8 400 euros bruts, bien qu’il puisse y avoir des écarts plus importants, selon les centres et les régions. Au bout de quelques temps de cela de pratique en centre de soins, les revenus sont proches des revenus du cabinet libéral, l’anxiété de la gestion en moins. Les praticiens salariés jouissent par ailleurs des avantages liés au statut salarié : Indemnités de la Sécurité sociale en cas de maladie, de hôpital ou d’accident du travailSécurité de l’emploiLieu de travail aux normesCongés payésAnciennetéCotisations Les praticiens libéraux n’ont pas tous ces atouts. C’est pourquoi un nombre croissant de chirurgiens dentistes est attiré par l’exercice employé en millieu dentaire.